LES COPAINS D’ABORD

1-
Non ce n’était pas le radeau de ma Méduse ce bateau
Qu’on se le dise au fond des ports, dis’au fond des ports ;
Il naviguait en Pèr’Pénard, sur la grand mare des canards
Et s’appel’ait : les copains d’abord, les copains d’abord
 
2-
Nec fluctuat, nec mergitur, c’était pas d’la littérature
N’en déplais’ au jeteur de sort, au jeteur de sort
Son capitaine et ses mat’lots  n’étaient pas des enfants d’salaud
Mais des amis franco de port, des copains d’abord
 
3-
C’étaient pas des amis de lux’, des petits Castor et Pollux
Des gens de Sodom’ et Gomorrh’, Sodom’ et Gomorrh’
C’étaient pas des amis choisis par Montaigne et la Béotie
Sur le ventre, ils se tapaient bien fort, les copains d’abord
 
4-
C’étaient pas des anges non plus, l’Evangil’ ils l’avaient pas lu
Mais ils s’aimaient tout’ voiles dehors, toutes voiles dehors
Jean-Pierre, Paul et compagnie, c’était leur seule litanie
Leur credo, leur confiteor, aux copains d’abord
 
5-
Au moindre coup de Trafalgar, c’et l’amitié qui prenait l’quart
C’et elle qui leur montrait le nord, leur montrait le nord
Et quand ils étaient en détress’, qu’leur bras lançaient des SOS
On aurait dit des sémaphores, les copains d’abord