LE TRENTE ET UN DU MOIS D’AOUT

Buvons un coup, buvons en deux
A la santé des amoureux
A la santé du roi de France
Et merde pour le roi d’Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre
 
1 –
Le trente et un du mois d’août (bis)
On vit venir sous le vent à nous (bis)
Une frégate d’Angleterre
Qui fendait la mer et les flots
C’était pour attaquer Bordeaux
Refrain
 
2 –
Le commandant du bâtiment (bis)
Fit appeler son lieutenant (bis)
« Lieutenant, te sens-tu capable
dis moi, te sens-tu assez fort
pour prendre l’anglais à ton bord ?
refrain
 
3 –
Le lieutenant, fier z’et hardi (bis)
lui répondit « capitaine, z’oui’, (bis)
faite branle-bas à l’équipage
je vas hisser not’ pavillon
qui rest’ra haut, nous le jurons !
refrain
 
4 –
Le maître donne un coup de sifflet (bis)
Pour aire monter les deux bordées (bis)
Tout est paré pour l’abordage
Hardis gabiers, fiers matelots
Braves canonniers, mousses petiots !
Refrain
 
5-
vire lof pour lof en arrivant (bis)
je l’abordions par son avant (bis)
a coup de haches et de grenades
de piques, de sabres, de mousquetons
en trois cinq sec, je l’arrimions !
refrain
 
6 –
que dira-t-on du grand rafiot (bis)
a Brest, à Londres et à Bordeaux
qu’a laissé prendre son équipage
par un corsaire de dix canons
lui qu’en avant trente et si bons !
refrain